fbpx
Sélectionner une page

Granulés ou bûches, comment bien choisir votre poêle ?

Le poêle individuel, délaissé un temps, a fait son retour en force depuis le début des années 2010. Économique et esthétique, il est devenu un chauffage principal ou d’appoint pour de nombreux foyers. Mais comment choisir le poêle qui vous convient ? Bûches ou granulés ? Et comment être sûr qu’il est de bonne facture ? Suivez le guide.

Le poêle à bûches

La première question que vous devez vous poser concerne le type de combustible que vous allez choisir. Deux grandes familles de poêles existent : à bûches ou à granulés. Le poêle traditionnel à bûches – outre toutes ses qualités que nous allons détailler plus bas – est fortement prisé pour son charme : le parfum du bois, le crépitement des bûches, la couleur hypnotique des braises…

 

Comment fonctionne un poêle à bûches ?

Le poêle à bois fonctionne de la façon la plus simple qui soit : vous l’alimentez en bûches, il produit de la chaleur ! Il est fermé donc ne dégage aucune fumée et son propre système de circulation d’air intégré optimise ses performances. La chaleur se diffuse très rapidement dans la pièce et, pour ajuster la température ambiante, il vous suffit de l’approvisionner en fonction des besoins.

 

Les atouts économiques du poêle à bûches

Vous pouvez trouver des poêles à bois de qualité à des tarifs raisonnables. Avec le temps, la seule pièce périssable est le joint qui entoure la vitre. Avec la chaleur et la pression, il finit par se tasser et à devenir trop sec pour remplir correctement sa fonction de joint. Il suffit d’acheter un rouleau de joint et un tube de colle et vous êtes paré pour plusieurs décennies.

 

Côté entretien, un ramonage annuel pendant la saison de chauffe suffit. (Vérifiez cependant avec votre assurance si elle ne demande pas un ramonage deux fois par an.) Il permet de nettoyer vos conduits et de vérifier que l’installation est en bon état.

 

Votre investissement est unique car, si vous entretenez bien votre poêle à bois, il peut servir à plusieurs générations.

 

Pour ce qui concerne le combustible, vous trouvez des marchands de bois partout en France. Le prix du stère oscille entre 45 et 60 €, livré en vrac. Vous pouvez bien sûr « faire » votre bois vous-même si vous savez manier la tronçonneuse. Vous pouvez profiter des affouages organisés par votre commune, ou d’un échange de bons procédés avec un propriétaire terrien qui a une parcelle à défricher. Les bûches demeurent le carburant de chauffage le moins cher.

 

 

Les contraintes logistiques du poêle à bûches

Il est très agréable de faire un bon feu de bois, mais il faut avant cela empiler les bûches ! Si vous optez pour un poêle à bois, vous devez d’abord penser au stockage. Vous devez disposer de suffisamment de place à proximité, afin de pouvoir approvisionner facilement votre poêle.

 

Pensez à la manutention qui est fréquente, vous devez régulièrement avoir des bûches à disposition, donc pas question de construire un abri à bois au fin fond du jardin. Votre pile de bois doit être proche, ce peut être dans votre garage ou sous un abri attenant à la maison.

 

Pour l’entretien quotidien, si vous souhaitez voir vos bûches se consommer, vous devez nettoyer votre vitre très régulièrement. Il faut également vider les cendres du réservoir tous les deux ou trois jours.

 

Les inconvénients du poêle à bûches

Le poêle à bois nécessite une attention continue. Si vous partez la journée, se chauffer au bois n’est peut-être pas la meilleure solution, en tout cas pas comme chauffage principal. Soit vous remplissez votre poêle en partant le matin et vous trouvez une température agréable en rentrant le soir, mais vous aurez brûlé du bois en votre absence ; soit vous économisez le bois, mais vous trouverez une maison glacée en rentrant les soirs d’hiver. Pour vous épargner tout tracas, l’idéal est d’acheter le poêle haut de gamme, possédant la plus longue autonomie.

 

Un poêle à bois est limité quant au volume qu’il va chauffer. Il fait chaud dans la pièce où il se trouve, mais la température chute à mesure que vous vous éloignez. Donc, un poêle à bois ne peut être qu’un chauffage d’appoint dans une grande maison, qui plus est à étages. En revanche, il suffit pour une petite maison de plain-pied.

 

Les différents types de poêle à bûches

Le poêle à bûches en acier est le plus simple. Il est conseillé en chauffage d’appoint ou pour une petite maison.

 

Le poêle Turbo au rendement amélioré. Très économique, il produit moins de suie.

 

Le poêle à double combustion demeure le plus économique grâce à sa capacité à brûler les gaz de la première combustion dans une seconde chambre.

 

Le poêle de masse à longue inertie vous permet une plus grande autonomie, jusqu’à vingt heures pour certains. Son puissant rayonnement est dû aux matériaux réfractaires qui le composent.

 

Le poêle en fonte ne peut être installé partout à cause de son poids, mais la fonte demeure le matériau possédant la meilleure inertie thermique. Elle conserve parfaitement la chaleur et la diffuse de façon homogène.

 

Le poêle à granulés ou à pellets

Comment fonctionne le poêle à granulés ?

Au lieu d’utiliser des bûches, vous utilisez des granulés ou pellets qui sont des débris de bois amalgamés. Ces granulés se consomment moins rapidement que le bois et diffusent une chaleur homogène et constante.

 

Les avantages du poêle à granulés

Le combustible prend beaucoup moins de place que les bûches. Il peut être stocké en sacs – généralement de 15 kilos – ou en silo (plutôt adapté aux chaudières à pellets). Pas de corvée de bois et de balayage de la sciure produite par les bûches.

 

Vous disposez d’une plus grande autonomie et la température se règle plus facilement. Le réservoir est automatique et le poêle gère selon la température demandée.

 

Certains sont programmables : vous partez à la journée, pour une semaine, vous voulez diminuer la température la nuit, il vous suffit de programmer votre poêle et il se met en route quand c’est nécessaire, afin que vous ayez exactement la température voulue lorsque vous rentrez.

 

En pleine saison froide, vous pouvez consommer un sac par jour, mais, dès que les températures s’adoucissent, un sac peut durer deux ou trois jours. Un sac de 15 kilos coûte entre 4 et 5 €.

 

L’entretien est réduit au minimum. La vitre de ne couvre pas de suie et le creuset où tombent les cendres n’est à vider que tous les dix ou quinze jours.

 

Les coûts du poêle à granulés

Le poêle à pellet coûte plus cher à l’achat, à l’entretien, et les granulés sont plus cher que le bois, mais l’usage est différent et le confort aussi.

 

Le poêle à pellets est branché sur le secteur donc consomme de l’électricité, même si c’est minime. Le ramonage est plus onéreux, car il inclut la maintenance du système électronique qui pilote le poêle.

 

Mais il faut compter avec les contreparties, car il peut plus facilement servir de chauffage principal et le confort n’a pas de prix. La modulation de la température reste précise et le côté pratique des sacs est très appréciable.

 

Les différents types de poêles à granulés

Le poêle à granulés à air pulsé souffle l’air au travers de ventilateurs. Sa température augmente rapidement, mais attention au bruit. Il est important que vous vérifiiez le niveau sonore affiché par le constructeur, car, si de nombreux progrès ont été faits, les poêles de qualité moindre demeurent très bruyants.

 

Le poêle à granulés à convection évite d’avoir à utiliser des ventilateurs, grâce aux pierres réfractaires qui l’équipent. La température monte moins vite, mais le silence est absolu.

 

Le poêle à granulés hydraulique sert également à chauffer l’eau sanitaire. Son autonomie demeure le plus souvent insatisfaisante.

 

Alors, quel est votre choix ?

Si vous voulez gagner en autonomie énergétique, considérez la configuration de votre habitation et posez-vous quelques questions pour choisir le meilleur poêle.

 

Les poêles à bûches :

  • servent de chauffage d’appoint, ou principal pour des petits volumes ;
  • sont les plus économes ;
  • ont une moins longue autonomie que les poêles à pellets ;
  • demandent plus d’attention et plus de manutention ;
  • ont besoin d’un peu d’entretien ;
  • nécessitent de la place pour le stockage.

Les poêles à granulés :

  • sont plus adaptés comme chauffage principal ;
  • sont moins économes que les poêles à bois ;
  • ont une plus grande autonomie ;
  • nécessitent peu de manutention ;
  • demandent moins de place de stockage ;
  • ont besoin de moins d’entretien ;
  • sont programmables.
Summary